basket-ball



Le basket-ball ou basketball[1] est un sport collectif de balle, qui se joue à la main. Le but est de marquer plus de points que l'équipe adverse en marquant des paniers, c'est-à-dire en faisant passer le ballon à travers un anneau placé à plusieurs mètres du sol.

Création

Le basket-ball a été inventé en 1891 par James Naismith, un professeur d'éducation physique canadien du collège de Springfield dans l'État du Massachusetts (États-Unis). Il cherchait à occuper ses étudiants entre les saisons de football et de base-ball, pendant l’hiver, au cours duquel la pratique du sport en extérieur était difficile. Naismith souhaitait également leur trouver une activité où les contacts physiques soient restreints, afin d'éviter les risques de blessure.
Un jour, il reprit l'idée d'un ancien jeu de balle maya et plaça deux caisses de pêche sur les rampes du gymnase. Le but de ses étudiants était de faire pénétrer un ballon dans ces caisses en bois pour marquer un but. Les caisses étant en hauteur, ce jeu nécessitait autant d’adresse que de force brute. Naismith établit rapidement 13 règles[2] pour rendre ce jeu praticable.
Ce sport fut baptisé basket-ball, ce qui signifie littéralement en anglais : « ballon panier ». Le tout premier match de l’histoire eut lieu le 21 décembre 1891 et se termina sur le score de 1 à 0.
La même année, le jeu fut adapté pour être joué par des femmes.
Au début de son histoire, le basket était surtout porté sur le jeu offensif et la défense était reléguée au second plan. La défense était l'aspect passif du basket où on attendait l'échec de l'adversaire.
Le jeu de basketball
Une rencontre de Basketball se dispute entre deux (2) équipes de cinq (5) joueurs chacune.
L’objectif de chaque équipe est de marquer dans le panier de l’adversaire et d’empêcher celui-ci
de marquer.
Le Basketball est dirigé par les arbitres, les officiels de table et un commissaire.
Le terrain
2.1 Le terrain de jeu
Le terrain de jeu est une surface plane et dure, libre de tout obstacle (Figure 1) avec les
dimensions de 28m de long sur 15m de large, ces mesures étant prises du bord intérieur des
lignes délimitant le terrain.
Pour leurs compétitions, les fédérations nationales ont le pouvoir d’homologuer les terrains de
jeu existant ayant les dimensions minimum de vingt six (26) mètres de long sur (14) mètres de
large.
2.2 Lignes
Toutes les lignes doivent être tracées de la même couleur (de préférence en blanc), de cinq (5)
centimètres de large et clairement visibles
2.2.1 Lignes délimitant le terrain
Le terrain de jeu doit être délimité par des lignes consistant en lignes de fond ( du côté court) et
des lignes de touche (du côté long). Ces lignes ne font pas partie du terrain de jeu.
Tout obstacle, y compris les personnes assises sur le banc d’équipe, ne doit pas être à moins
de deux (2) mètres du terrain de jeu.
Art. 4 Les équipes
4.1 Définition
4.1.1 Un membre d’équipe a le droit de jouer lorsqu’il est autorisé à jouer pour une équipe en
conformité avec les règlements ( y compris la réglementation régissant la limite d’âge) de
l’instance organisatrice de la compétition.
4.1.2 Un membre d’équipe est autorisé à jouer lorsque son nom est inscrit sur la feuille de marque
avant le commencement de la rencontre et aussi longtemps qu’il n’a pas été disqualifié ou n’a
pas commis cinq (5) fautes,
4.1.3 Pendant le temps de jeu un membre d’équipe est:
􀁸 un joueur lorsqu’il est sur le terrain de jeu et autorisé à jouer,
􀁸 un remplaçant lorsqu’il n’est pas sur le terrain de jeu mais autorisé à jouer,
􀁸 un joueur exclu lorsqu’il a commis cinq (5) fautes et n’est plus autorisé à jouer,
4.1.4 Pendant un intervalle de jeu tous les membres d’équipe autorisés à jouer sont considérés
comme joueurs.
4.2 Règle
4.2.1 Chaque équipe est composée de:
􀁸 douze (12) membres d’équipe au plus autorisés à jouer, y compris le capitaine,
􀁸 un entraîneur et, si l’équipe le désire, un entraîneur adjoint,
􀁸 un maximum de cinq (5) accompagnateurs ayant des responsabilités spéciales tel que :
manager, médecin, physiothérapeute, statisticien, interprète etc.
4.2.2 Cinq (5) joueurs de chaque équipe doivent être sur le terrain pendant le temps de jeu et peuvent
être remplacés,
4.2.3 Un remplaçant devient joueur et un joueur devient remplaçant lorsque:
􀁸 l’arbitre fait signe au remplaçant de pénétrer sur le terrain de jeu,
􀁸 pendant un temps-mort d’équipe ou un intervalle de jeu, le remplaçant demande un
remplacement au marqueur.

Art. 8 Temps de jeu, score nul et prolongations
8.1 La rencontre consiste en quatre (4) périodes de dix (10) minutes.
8.2 Il y aura un intervalle de deux (2) minutes entre la première et la seconde période (première mitemps),
entre la troisième et la quatrième période (seconde mi-temps) et avant chaque
prolongation.
8.3 Il y aura un intervalle de quinze (15) minutes à la mi-temps.
8.4 Il y aura un intervalle de vingt (20) minutes avant l’heure prévue pour le commencement de la
rencontre.
8.5 Un intervalle de jeu commence:
• vingt (20) minutes avant l’heure prévue pour le commencement de la rencontre,
􀁸 lorsque le signal du chronomètre de jeu retentit pour la fin d’une période.
8.6 Un intervalle de jeu prend fin:
􀁸 au commencement de la première période lorsque le ballon est frappé légalement par un
sauteur lors de l’entre-deux,
􀁸 au commencement de toutes les autres périodes lorsque le ballon touche ou est
légalement touché par un joueur sur le terrain lors de la remise en jeu.
8.7 Si le score est nul à l’expiration du temps de jeu de la quatrième période, le jeu doit continuer
par autant de prolongations de cinq (5) minutes nécessaires pour qu’un résultat positif soit
obtenu.
8.8 Si une faute est commise juste avant ou lorsque le signal du chronomètre signalant la fin
du temps de jeu retentit, tout éventuel lancer franc doit être tenté après la fin du temps de jeu.
8.9 Si une prolongation résultant de ces lancers francs est nécessaire, alors toutes les fautes
commises après la fin du temps de jeu doivent être considérées comme ayant été commises
pendant un intervalle de jeu et doivent être exécutées avant le commencement de la
prolongation
Art. 32 Fautes
32.1 Définition
32.1.1 Dans une rencontre de basketball, les contacts personnels ne peuvent pas être évités lorsque dix
(10) joueurs se déplacent rapidement dans un espace restreint.
32.1.2 Unr faute est une infraction aux règles impliquant un contact personnel illégal avec un adversaire
et/ou un comportement antisportif.
32.1.3 N’importe quel nombre de fautes peuvent être sifflées à l’encontre d’une équipe. Quelle que soit la
sanction, une faute doit être infligée et inscrite sur la feuille de marque à l’encontre du fautif pour
chacune des fautes et sanctionnée en conséquence.

Art. 34 Faute personnelle
34.1 Définition
34.1.1 Une faute personnelle est une faute de joueur impliquant un contact avec un adversaire, que le
ballon soit vivant ou mort.
Un joueur ne doit pas tenir, bloquer, pousser, passer en force, accrocher ou empêcher un
adversaire de se déplacer en écartant main, bras, coude, hanche, jambe, genou ou pied ou en
pliant son corps dans une position anormale ( hors de son cylindre) ou se permettre des moyens
brutaux ou violents.
Art. 35 Double faute
35.1 Définition
Une double faute est une situation dans laquelle deux adversaires commettent une faute l’un contre
l’autre presque en même temps.
Art. 36 Faute antisportive
36.1 Définition
36.1.1 Une faute antisportive est une faute personnelle de joueur qui, selon le jugement de l’arbitre, n’est
pas une tentative légitime de jouer directement le ballon dans l’esprit et l’intention des règles.
36.1.2 Les fautes antisportives doivent être interprétées de la même manière pendant toute la rencontre.
36.1.3 L’arbitre doit juger seulement l’action.
36.1.4 Pour juger si vraiment la faute est antisportive, les arbitres doivent appliqué les principes suivants:
􀁸 si un joueur ne fait aucun effort pour jouer le ballon et qu’un contact se produit, c’est une
faute antisportive,
􀁸 si, dans l’effort de jouer le ballon, un joueur cause un contact excessif ( faute rude), alors le
contact doit être jugé comme étant antisportif,.
􀁸 Si un joueur commet une faute alors qu’il fait un effort légitime pour jouer le ballon
( action normale), il n’y a pas faute antisportive.
Art. 37 Faute disqualifiante
37.1 Définition
37.1.1 Tout comportement antisportif flagrant d’un joueur, d’un remplaçant, entraîneur, entraîneur adjoint
ou accompagnateur est une faute disqualifiante.
37.1.2 Un joueur doit aussi être disqualifié s’il est sanctionné de deux (2) fautes antisportives résultant de
son comportement antisportif personnel.
37.1.3 Un entraîneur doit également être disqualifié lorsque :
􀁸 il est sanctionné de deux (2) fautes techniques "C" résultant de son comportement
antisportif personnel,
􀁸 il est sanctionné de trois (3) fautes techniques cumulées résultant du comportement
antisportif du banc d’équipe "B" ( entraîneur adjoint, remplaçant ou accompagnateur) ou
par une combinaison de trois (3) fautes techniques parmi lesquelles une lui a été
personnellement infligée "C".
37.1.4 Si un joueur ou un entraîneur a été disqualifié selon l’Art. 37.1.2 ou l’Art. 37.1.3, cette faute
antisportive ou technique doit être la seule faute sanctionnée et aucune sanction supplémentaire
pour la disqualification ne doit être exécutée.
37.1.5 Un entraîneur qui a été disqualifié doit être remplacé par l’entraîneur adjoint inscrit sur la feuille de
marque. S’il n’y a pas d’entraîneur adjoint inscrit sur la feuille de marque, il doit être remplacé par le
capitaine.
Art. 38 Faute technique
38.1 Règles de conduite
38.1.1 Le bon déroulement du jeu exige une entière et loyale collaboration des membres des deux
équipes (joueurs, remplaçants, entraîneurs, entraîneurs adjoints et accompagnateurs) avec les
arbitres, les officiels de la table de marque et le commissaire.
38.1.2 Chaque équipe doit faire de son mieux pour s’assurer la victoire mais cela doit être fait dans un
esprit de sportivité et de fair-play.
38.1.3 Tout manque de coopération délibéré ou répété ou tout manque de conformité à l’esprit de cette
règle doit être considéré comme une faute technique.
38.1.4 L’arbitre peut éviter des fautes techniques par des avertissements ou même en ignorant des
infractions techniques mineures de caractère administratif qui, de tout évidence, ne sont pas
intentionnelles et n’ont aucun effet direct sur le jeu à moins qu’il y ait répétition de la même
infraction après l’avertissement.
38.1.5 Si une infraction technique est découverte après que le ballon est en jeu, le jeu doit être arrêté et
une faute technique infligée. La sanction doit être appliquée comme si la faute technique s’était
produite au moment où elle a été infligée. Tout ce qui s’est passé dans l’intervalle entre l’infraction
technique et l’arrêt du jeu reste valable.

المزيد حول الموضوع