La violence contre les femmes



La violence contre les femmes

Introduction
Socialement réduite au silence, stéréotypé, et privés de leurs droits fondamentaux, les femmes ont été soumises à de nombreux types de violence. Un des termes clés lors de l’examen de violence contre les femmes est ‘l’inégalité des genre’, ainsi que ‘la disparité entre les deux genres’ qui sont les causes les plus importantes, mais aussi les causes directes de la violence contre les femmes et une question controversée qui est encore loin d’être réglée. Cet article n’est qu’une vision sociale de ce dilemme social qui empêche les femmes depuis des siècles jusqu’à maintenant. L’impact de la violence sur les femmes a suscité quelques réflexions négatives dans presque tous les domaines de la vie et a mis les femmes dans la périphérie. Peut-être, la situation des femmes dans le tiers monde est beaucoup plus critique grâce au pourcentage élevé d’analphabétisme, qui empêchent les femmes de demander leurs droits et éventuellement arrêter ce phénomène
Qu’est-ce que la violence ?
La violence a existé avec l’humanité et peut-être l’une des caractéristiques de la personne, puisque certaines personnes deviennent violentes lorsqu’ils sont en colère, déçu, ou même triste ce qui signifie que la violence est parfois intégrée dans nos personnages. Traditionnellement, la violence est définie comme tout acte dur visant à blesser la personne que ce soit verbalement ou non. Il existe différents types de violence : la violence physique, y compris les brûlures, les coups de pied et les gifles ; la violence sexuelle lorsque la femme est techniquement violée même à l’intérieur d’une relation légale, et la violence psychologique lorsque la personne est psychologiquement torturé.
La violence est une question de pouvoir définie comme étant en mesure d’influer consciemment ou inconsciemment le comportement, l’attitude, ou l’émotion de quelqu’un d’autre (Komter, 1989). Je définis la violence contre les femmes comme tout acte qui pourrait blesser les femmes, non seulement physiquement, psychologiquement ou émotionnellement, mais aussi tout acte qui serait lui faire du mal de quelque façon possible : éducatif, social ou culturel même a long terme.
Quelles sont les causes de la violence ?
Comme la violence contre les femmes est un problème social, on peut jeter un œil à la façon dont la société a provoqué et contribué à perpétuer ce phénomène. Dans des nombreuses sociétés à travers le monde, la femme a été -peut-être encore- confinée à la sphère privée, où elle est censée exceller alors que l’homme est à l’extérieur jouaient ses droits, que ce soit social, éducatif ou professionnel. Dans ce cas, être une femme lui a donné une seconde position socialement parlant, qui est la source de son problème (Butler, 1990). Ce facteur a isolé la femme socialement parlant et forme son esprit pour être toujours subordonnée au partenaire masculin. Sur cette base, la femme est une victime de la société qui l’a condamnée à rester derrière les murs de sa maison, la même société qui a créé ces rôles de genre attribués.
La société peut être considérée comme un cercle constitué par les différentes couches sociales : les hommes, les femmes, les enfants, et les personnes âgées. Les règles sociales sont toujours fixées par les puissants, les hommes dans ce cas, et tous les autres membres doivent se conformer à ces règles. La question qui pourrait être posée à ce stade est la raison pour laquelle les hommes sont ceux qui fixent les règles ?
Le fait que la femme est faite impuissante dans sa société est l’une des causes directes de l’avoir violé, car elle n’a nulle part où aller. Dans certains pays arabes, comme par exemple le Maroc, la femme divorcée n’est pas accueilli à revenir à sa famille avec ses enfants. En conséquence, elle reste à la maison et vit des situations insupportables. Le divorce n’est pas aimé dans presque toutes les cultures, mais parfois, il résout des problèmes tels que la violence car être une femme divorcée est beaucoup mieux que d’être abusé.
Les femmes elles-mêmes ont contribué à la propagation du phénomène de la violence en gardant le silence. Bien que cela puisse sembler controversée ; on peut expliquer pourquoi les femmes gardent le secret quand elles sont beurré, brûlé, verbalement et physiquement violé. Dans la plupart des pays arabes, dont la Mauritanie, la femme a peur de ce qu’on appelle « El vadiha » ou le « scandale » depuis-culturellement parlant, il est de son devoir de préserver toujours son mariage et couvrir son mari, même à ses dépenses. Tant que les femmes ne sont pas assez courageuses pour se lever et briser le silence pour dire qu’elles sont bafouées et violés, leur problème continuera toujours.
Comment arrêter la violence ?
Arrêter la violence n’est pas une cible difficile à atteindre si le gouvernement, la société civile, les ONGs et les institutions éducatives fonctionnent comme un seul pour mettre fin à la violence dont les femmes sont victimes dans le monde entier. Le changement ne vient pas d’en haut, mais plutôt par le bas avec l’aide des personnes de haut ce qui signifie que la modification de l’état d’esprit de simple citoyen est exactement là où le changement commence.
L’égalité de genre doit être adoptée dans les programmes scolaires afin d’initier les enfants à cette notion à un âge précoce. Cela permettrait de réduire, sinon éliminer, l’écart entre les sexes ainsi que la discrimination contre les femmes que la société a causé. En outre, donner plus de confiance aux filles enfin de poursuivre leur scolarité qui apporte un autre remède à l’analphabétisme des filles plus tard.
La sensibilisation joue un rôle essentiel dans l’arrêt de violence contre les femmes. Les gens doivent être conscients du danger de ce phénomène par différents moyens tels que les émissions (médias), les brochures (littérature), le théâtre et le cinéma (l’art). Cela exposerait ce problème et éventuellement le rendre public après avoir été privé pendant de nombreux siècles. Ici, les militants de droits de l’homme ainsi que les féministes qui jouent un rôle important dans la sensibilisation.
Conclusion
La violence contre les femmes est un produit social causée principalement par la supériorité des hommes sur les femmes, le problème qui est toujours en cours malgré le fait que des nombreuses conférences internationales ont visés à réduire un tel dilemme. La violence contre les femmes est un problème de droits, de diversité et acceptation. Si les hommes comprennent que les femmes ont des droits et la violation de ces droits est un crime peut-être cela pourrait aider, s’ils comprennent que les femmes sont différents, mais égaux cela pourrait aussi aider, et s’ils les acceptent en tant que partenaires, cela va absolument aider. Les droits fournis les individus avec un choix et donc la possibilité de la diversité et j’espère que l’amour et la compréhension par la suite.

المزيد حول الموضوع