Le racisme



Le concept de racisme n’est pas facile à cerner objectivement. La loi antiraciste ne fournit aucune définition du racisme, de sorte qu’il doit être compris au sens usuel du terme.  Il s’agit toutefois d’un terme propice à la subjectivité chargé de connotations psychologiques et idéologiques qui est fortement sujet à l’influence des phénomènes sociaux et politiques.
Selon le Petit Robert [édition de 1976], le racisme est une : « Théorie de la hiérarchie des races, qui conclut à la nécessité de préserver la race dite supérieure de tout croisement, et à son droit de dominer les autres. Ensemble de réactions qui, consciemment ou non, s’accordent avec cette théorie ».
Le racisme se rapporte à l’attitude de plusieurs groupes sociaux les uns vis-à-vis des autres, par laquelle les personnes sur base de caractéristiques biologiques, génétiques,… présumées sont classées en ‘races’. Le terme est lié au mythe d’une race supérieure et pure, qui doit être protégée contre les influences et/ou le brassage avec d’autres ‘races’ inférieures (voir plus loin: la définition de la ‘prétendue race’).
Le concept de race découle des vieilles théories sur les races qui affirmaient que seules les races civilisées survivraient et que les races plus primitives disparaîtraient (théorie darwinienne de l’évolution,…) Dans ‘La filiation de l’Homme’, Darwin écrivait : “Dans un futur proche, pas si éloigné si l’on mesure en siècles, les races civilisées de l’Homme détruiront les races primitives et les remplaceront sur toute la planète. […] Le fossé entre l’Homme et ses plus proches parents sera donc plus grand, car il y aura à considérer entre d’une part l’Homme dans son état civilisé, espérons-le, même alors l’Homme caucasien, et les singes dans un état aussi inférieur que le babouin d’autre part. Comme c’est le cas à l’heure actuelle entre le Nègre (Noir) ou l’Aborigène et le gorille.” Certains philosophes et savants ont tenté de prouver ces théories par des mesures crâniennes ou des tests d’intelligence, pour leur donner un aspect scientifique. Depuis les années soixante, ces théories des races ont été abandonnées car elles ne correspondaient à aucune réalité scientifique. Sur base d’études biologiques et génétiques de l’espèce humaine, s’est dégagé dans l’Union Européenne et aux Etats-Unis un consensus qu’il n’existe qu’une seule race, à savoir la race humaine, avec des variétés de caractéristiques physiques héréditaires.
Là où naguère l’on essayait surtout de justifier une distinction de traitement et de comportement vis-à-vis d’un autre groupe sur base de différences biologiques, depuis les années septante – à l’origine par les milieux d’extrême droite – l’accent sera mis sur la supériorité de la culture ‘propre’. Il est donc préférable que les cultures ne se mélangent pas et la culture propre doit de manière absolue être protégée ou imposée à tous ceux qui séjournent sur notre territoire. Une telle idée d’assimilation va plus loin que l’obligation pour quiconque séjourne en Belgique de respecter les règles d’ordre public valables ici (par ex.: l’égalité entre hommes et femmes, la liberté de religion, la libre disposition individuelle pour les majeurs,…) et la politique d’intégration tendant à faire connaître aux nouveaux arrivants les usages, les traditions et les règles de savoir-vivre dans ce pays.
---------
Le racisme est une idéologie qui, partant du postulat de l'existence de races humaines1 considère que certaines races sont intrinsèquement supérieures à d'autres2. Cette idéologie peut entraîner une attitude d'hostilité ou de sympathie systématique à l'égard d'une catégorie déterminée de personnes. L'hostilité peut générer chez la victime de la stigmatisation et de la discrimination qui à son tour va entraîner une auto-stigmatisation et une auto-discrimination proportionnelle3. Cette hostilité envers une autre appartenance culturelle et ethnique se traduit par des formes de xénophobie ou d'ethnocentrisme. Certaines formes d'expression du racisme, comme les injures racistes, la diffamation raciale, la discrimination, sont considérées comme des délits dans un certain nombre de pays. Les idéologies racistes ont servi de fondement à des doctrines politiques conduisant à pratiquer des discriminations raciales, des ségrégations ethniques et à commettre des injustices et des violences, allant jusqu'au génocide.

المزيد حول الموضوع